dim. Jan 17th, 2021

AFRIQUE-TELEMA

LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS

Indignation sur la libération polémiste d’un deputé condamné

3 min read

Indignation sur la libération polémiste d’un deputé condamné

Traitement de faveur, corruption et immunité politique. C’est grâce à ces ingrédients qu’un député malgache, condamné en mai dernier à #cinq (05) ans de #prison ferme pour abus de fonction dans l’exploitation et le transport illicites de produits forestiers et pour complicité de meurtre, a pu être libéré la semaine dernière.
Pour rappel, d’après les statistiques du pays, Madagascar a perdu près d’un quart de sa superficie forestière en seulement 20ans.

Le député en question est à responsable de la #destruction d’une #aire_protégée du centre-ouest du pays. En trois (03) ans, il a fait raser #85000hectares de #forêt #primaire au profit de cultures destinées à des multinationales de l’agro-alimentaire. Un mandat d’arrêt vient d’être émis contre lui, mais l’élu de Mahabo s’est volatilisé.
Un énième rebondissement dans cette affaire qui a choqué plus d’un. Plusieurs organisations de la société civile du pays ont dans une lettre ouverte adressée au procureur, fait part de leur indignation sur cette libération.
« Le cas de Mr Leva est emblématique. Cela représente à lui tout seul un système défaillant et d’impunité », précise Tsialoninarivo Rahajary, le directeur national du Saf-FJKM, la plus grosse ONG malgache de développement de l’île.
Il ajoute que :«Le Parlement a essayé de monter une commission spéciale pour le faire libérer, lui, le criminel ! Le système judiciaire a fait sortir un criminel en liberté provisoire ! Ce corporatisme de l’Assemblée nationale, cette tergiversation de la Justice, ça montre le dérèglement et les dysfonctionnements du système de gouvernance à Madagascar. Et cette affaire du député Leva, ce n’est qu’un cas parmi tant d’autres.»

Il faut rappeler que l’Assemblée nationale avait voté une résolution pour suspendre son mandat de dépôt. Le ministre de la justice d’alors s’y était opposé et a toujours censuré la moindre tentative de médiation ou d’intervention dans cette affaire. Mais en janvier 2020, le ministre a été limogé et le lendemain, le procureur a ordonné la libération provisoire du deputé criminel.
Comme au Sénégal, lorsqu’un élu ou un ministre ou DG d’une structure publique est en faute, c’est une commission de « tapalé » qui se met en place pour le blanchir ou c’est le président lui-même qui aménage le terrain et prépare, installe les conditions de son acquittement ou de sa libération.

Comment s’étonner de ça quand c’est le président malgache lui-même qui ordonne de raser des rizières entières pour y créer une nouvelle ville à l’image de celle de Diamniadio au Sénégal ?
l’Afrique est agressée de partout et de tout son corps. Même les forêts primaires (qui datent des millénaires) vont toutes disparaître sous les agissements criminels des politiques et le laxisme complice des peuples africains.

Ansou SAMBOU, panafricain
convaincu et militant politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.